samedi 3 novembre 2018

Antonin Nin




En compagnie d'Antonin Artaud, un film de Gerard Mordillat, 1993, d'après les cahiers de Jacques Prevel.

Est-ce que je pourrais dire des choses comme : J'aime le goût du baiser dans le baiser. J'aime le goût du cul dans le cul. J'aime le goût du sexe dans le sexe.


Une superbe présence au cinema "muet" avant de devenir un abominable cri.



Et au printemps 1933 une parenthèse de silence par la grâce d'Anaïs Nin 
Plusieurs choses nous rapprochent terriblement , mais une surtout: notre silence. Vous avez le même silence que moi. Et vous êtes la seule personne devant qui mon propre silence ne m’ait pas gêné. Vous avez un silence véhément où l’on dirait que l’on sent passer des essences, je le sens étrangement vivant, comme une trappe ouverte sur un gouffre, où l’on sentirait le murmure silencieux et secret de la terre. Il n’y a pas de poésie inutile et fabriquée dans tout ce que je vous raconte, d’ailleurs vous le sentez bien.

Antonin Artaud regarde Anaïs Nim devant Les Filles de Loth de Lucas van den Leyden et voit une émotion artistique toucher un être et le faire palpiter comme l’amourD’un coup je vois comblée, exactement, hermétiquement remplie (dans tous les sens) ma solitude sentimentale infinie.


Avec vous seulement 

… je veux vous amener à faire vivre devant moi des images, des images où je sente notre propre vie. J’ai depuis hier le goût d’une bouche de femme qui me poursuit, mais comme une idée, comme une essence. Ce goût n'est plus une chose du corps, il me montre à nu le sens même d’une âme.

Anaïs parle de cette rencontre dans son Journal de celui qu'elle appelle Nanaqui

I met Artaud at the Viking. I was trembling. And then began a night of ecstasy. We left the café, we walked in a dream, in a frenzy, Artaud torturing himself with mad talk about eternity, God. We kissed violently; an ecstasy. He said: “Entre nous il pourrait y avoir un meurtre.”
I was haunted by Artaud. the face of my hallucinations. The hallucinated eyes. The sharpness, the pain-carved features. The man-dreamer, innocent and diabolical, frail, nervous.

Je ne pense pas à Artaud en tant que corps. Je ne connais que les yeux de son corps. J'aime sa maigreur, ses gestes. je suis amoureuse de son esprit, de cette intelligence subtile à nulle autre pareille, des manifestations surnaturelles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire