mercredi 13 février 2019

Ne pique pas les yeux

Avec lenteur, je l'étends, admirant pour la première fois ce corps soyeux et compact, ces seins haut dardés, cette légère traînée de poudre de riz autour de cette fente toute proche. Elle attire ma tête vers la traînée de poudre, mais l'odeur me révulse l'estomac. C'est celle du shampooing de Colm : NE PIQUE PAS LES YEUX.
- S'il te plaît, exhale-t-elle.
S'il me plaît quoi ? J'espère qu'elle ne va pas me laisser prendre l'initiative. J'ai toujours eu un problème pour prendre des décisions.
Embrasser la douce bande de chair située sous le nombril ; voir la marque que l'élastique de son slip a gravée sur le petit renflement de son ventre. Je n'arrive pas à me rappeler le moment où ses dessous sont partis, et ça m'ennuie. Etait-ce de son propre chef ou du mien ? Un moment pareil ne devrait pas s'oublier ! Je repose mon menton râpeux sur sa toison duveteuse. Quand je bouge, quand elle sent mon baiser, elle m'empoigne la tête et me tire violemment les cheveux par deux fois. Puis ses cuisses se détendent, et elle applique ses paumes sur mes oreilles pour que je puisse écouter la mer en stéréo - ou plutôt le réservoir de Coralville en crue, qui va transformer notre colline en îlot ; nous laisser là, abandonnés sous les vols des canards nocturnes, environnés de l'odeur poussiéreuse montant comme une brume des champs de soja.
Elle relâche une de mes oreilles, je reçois le bruit de la mer en mono. 

John Irving a publié en 1972 L'épopée du buveur d'eau, son second roman.




Illustrateur anonyme (Françoise ou les plaisirs du mariage)

mardi 12 février 2019

C'est pas du Claudel

Ell' m'emmerde, ell' m'emmerde , quand je tombe à genoux
Pour cetain's dévotions qui sont bien de chez nous
Et qui donn'nt le vertige
Croyant l'heure venue de chanter le credo
Elle m'ouvre tout grand son missel sur le dos
Ell' m'emmerde, vous dis-je



Misogynie à part 
Georges Brassens
Première chanson du douzième album studio créé en 1969 après 3 ans d'absence et dans la société post-soixante huit.

Georges Brassens répond avec gourmandise et en riant a ses détracteurs comme il l'avait fait dix auparavant avec le pornographe du phonographe. Il propose également sur l'album ce vers 


dimanche 10 février 2019

Un coeur doux

En 1928, L'Amant de lady Chatterley de David Herbert Lawrence oppose à la rigueur du puritanisme anglais une relation non pas libertine mais naturelle (Florence, 1928); publication française de L’Amant de Lady Chatterley, chez Gallimard en 1932.  Il faudra attendre 1960 pour qu’il soit publié en Angleterre dans son intégralité. 

Alors, avec un frémissement d’intense plaisir, il toucha ce corps doux et chaud, et, un instant lui effleura le nombril d’un baiser. Et il lui fallut entrer en elle tout de suite, entrer dans la paix sur la terre qu’était son corps doux et immobile. Ce fut pour lui un moment de paix parfaite, cette entrée dans le corps de la femme. 

Then with a quiver of exquisite pleasure he touched the warm soft body, and touched her navel for a moment in a kiss. And he had to come in to her at once, to enter the peace on earth of her soft, quiescent body. It was the moment of pure peace for him, the entry into the body of the woman.

De ses doigts tranquilles, il tressa quelques myosotis dans la belle toison brune du mont de Vénus.
– Là ! dit-il. Voilà des myosotis à la place où ils doivent être.
Elle regarda les drôles de petites fleurs laiteuses parmi les poils bruns, à la pointe de son corps.
– Que c’est joli ! dit-elle.
– Joli comme la vie; répondit-il.
C'est l'histoire d'un homme qui rend un corps à une femme, et d'une femme qui rend une parole à un homme. Pascale Ferrand
Lady Chatterley film de Pascale Ferrand d'après la version Lady Chatterley et l'homme des bois (John Thomas and Lady Jane) avec Marina HandsJean-Louis Coulloc'hHippolyte Girardot

samedi 2 février 2019

Pagella bulletin scolaire

Par Titti Garelli  : 

L'ouvrage «School report» est issu d'une réflexion sur la sexualité dans la génération de ma mère et de ma grand-mère, à un moment historique où personne ne parlait de sexe, et jamais dans une perspective féminine. 

Évidemment, les gens ont fait la même chose qu'aujourd'hui, avec plus de culpabilité, mais avec le même plaisir. 

Ensuite, il y a le «rapport scolaire», d'authentiques trouvailles vintage trouvées dans les marchés aux puces, qui m'ont frappé: elles étaient différentes de celles que j'ai reçues à la fin de l'année scolaire, qui étaient tristement vertes-grises et toujours les mêmes. Ils étaient différents chaque année, à la fois en graphismes et en couleurs, et l'autre différence était qu'il n'y avait pas de notes mais des opinions. Avec l’expression des mêmes valeurs que dans mon école: devoirs et obligations, règles, obéissance, récompense et punition; pour cette raison, les premiers rapports scolaires montrent des scènes érotiques de fessées, se déroulant dans une école imaginaire, avec des écolières déshabillées improbables et des professeurs stricts.