mercredi 17 mai 2017

Fessée ou léchée faut-il choisir

Dans son roman Les Callipyges ou les délices de la verge  E.D. lie la fessée et le cunnilingus (Lien avec Pierre Mac Orlan). L'ouvrage prend la forme de compte rendu de conférences d'une société féminine s'appelant Les Callipyges qui signifie, comme vous les savez, lectrices savantes, qui a de belles fesses. Belles étant synonyme d'arrondies et larges.

Dès qu’elle est à genoux, j’avance mon ventre, de manière à mettre ma toison sous son nez, qui se trouve juste à la hauteur de ma fourrure ; puis, m’inclinant par dessus sa tête, j’essaie de lui donner le fouet. En ce moment sa bouche est sur ma fente, qui, à ce doux contact, s’entr’ouvre sur les lèvres toujours fermées de la soubrette, qui reste impassible. Pour vaincre cette insensibilité, je la cingle d’un bras vigoureux, la croupe bondit, mais ses lèvres restent closes sur ma fente, qui bâille toujours davantage. J’applique quelques coups furieux qui zèbrent la peau ; le gros postérieur se tord, violemment secoué, mon église bâille toute grande ; Margaret ferme obstinément la bouche.


Je prends la tête de la soubrette, j’appuie fortement des deux mains sur la nuque, écrasant la figure sur mon chat qui tressaille, et le bouton éclate en pleurs, inondant les lèvres de Margaret, qui, enfin, sous cette chaude rosée, ouvre la bouche, et collant ses lèvres sur ma fente, aspire suavement la douce liqueur qui en coule en abondance. 

 

Je me penche de nouveau sur la croupe et je recommence à la cingler vertement. La langue, devinant enfin qu’il y a de la besogne pour elle, pénètre dans le four brûlant, se pose à l’entrée, glissant large et douce sur le bouton, lentement, maladroitement ; mais j’étais si bien disposée, que le velours n’avait pas fait dix fois le voyage, quand je l’inondai pour la seconde fois de mes faveurs.

J’avais laissé tomber les verges, qui n’étaient qu’un prétexte pour arriver à mes fins. Je maintiens des deux mains la tête de la mignonne, qui, malgré l’humidité du réduit, ne discontinue pas son aimable besogne, gardant toujours l’orifice dans ses lèvres brûlantes ; cette fois, le velours plus agile, active plus habilement l’affaire. 



Illustration d'Otto Rudolph Schatz
1930's
Les femmes chez Otto ont l'air de souffrir qu'elles soient fouettée ou pas. L'époque en Autriche Hongrie en pleine montée du nazisme ne donne pas à sourire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire